• Maksim

L'effondrement du Rana Plaza

J'ai créé une rubrique histoire récemment dans la partie "EXPRESSION" et le sujet dont on va traiter aujourd'hui rentre dans cette catégorie. Le but de cette rubrique est de vous faire découvrir des acteurs, des innovations et des faits historiques de manière très brève.


Le 24 avril 2013 au Bangladesh dans la ville de Dacca a eu lieu ce qui est sûrement la plus grande catastrophe que la fast fashion est connue. Dans un pays où l'économie repose en majorité sur l'industrie textile il est compliqué pour les autorités locales de faire face à la pression des industriels et le Rana Plaza qui appartenait à un dirigeant politique local (Sohel Rana) est une illustration cette impuissance.



L'immeuble de 8 étages contenait une banque, des commerces et plusieurs ateliers de confection. Au total plus de 5000 personnes exerçaient une activité dans le bâtiment. 5 entreprises sont présentes: New Wave Style, Ether Tex, Canton Tech Apparel, Phantom Apparels et New Wave Bottoms. Ces entreprises avaient pour clients Primark, H&M et Mango entre autres. Ces dernières ne sont pas totalement responsables dans l'incident. Elles avaient certes un devoir de vigilance, mais comme je l'ai expliqué dans mon dernier article à l'échelle mondiale il est compliqué de contrôler régulièrement chaque atelier. Et en parlant de contrôle, la veille de l'accident, a eu lieu une inspection. Il a été conclu que les quatre derniers étages ont été construit sans permis de construire et des fissures sur les murs ont été constatés. Les autorités ont donc demandé l'évacuation de l'immeuble malheureusement les dirigeants ont contraint les employés des ateliers production à revenir le lendemain sous peine d'être licencié.


À 9 heures du matin le 24 avril 2013 le bâtiment s'écroule faisant 1135 morts selon Le Monde en majorité des femmes. Le drame fut causé par les vibrations des générateurs d’électricité installés sur le toit, la corruption des autorités administratives locales par les propriétaires de l’usine, l’inaction et la passivité complice des donneurs d’ordres, silencieux face à l’absence de respect des normes de sécurité élémentaires chez leurs sous-traitants.



Suite à cette catastrophe plusieurs marques ont versé au Rana Plaza Donors Trust Fund. Un fonds d'indemnisation pour les victimes qui a rassemblé 34 millions de dollars. Même les entreprises qui n'étaient pas impliquées dans les affaires du Rana Plaza ont fait un geste d'humanité envers les familles des victimes. En mars 2014, Rana a obtenu une caution de six mois devant la cour suprême. Cela a provoqué la colère des dirigeants syndicaux. Cependant, Rana n'a pas été libéré de prison car d'autres accusations portées par la police étaient en instance. Le 29 août 2017, Sohel Rana a été condamné à une peine de trois ans d'emprisonnement par un tribunal pour avoir omis de déclarer sa fortune personnelle à la commission anticorruption du Bangladesh. Les procès pour meurtre et autres accusations ont été retardés en raison d'appels à la cour suprême.



Voilà c'est la fin de l'article, j'espère qu'il vous aura plu. Je vous laisse le lien vers le fonds d'indemnisation des victimes pour les intéressés.

https://ranaplaza-arrangement.org/


À la prochaine 😉


#ranaplaza #fastfashion #bangladesh

#studiomavavie 🖖 #fashion #fashionblogger

243 vues